La Plus Douce Des Matsot

Detalles del archivo:

Tipo de recursos: Story Idiomoa: French

Edad 7 - 20

Cantidad de participantes en el grupo 5 - 50

Tiempo estimado: 15 minutos

Más detalles...

Descargar

Histoire sur Pessah.docx (28 KB)

 
Comentarios y criticas 

Stats:
Vistas por tiempo: 7682
Descargadas por tiempo: 1127

Rated 115 times
Add this file to your personal library.

Haben Sie diese Datei heruntergeladen und haben Sie etwas zu teilen?
Hier ist der Ort!



Objetivo del recurso

Histoire sur Pessah


Contenidos de los recursos

The Sweetest Matzah Ever

 

 

Quelques semaines avant Pessah, un groupe de prisonniers juifs dans un camp de travail soviétique en Sibérie décident qu’ils veulent célébrer la fête juive à venir

 

Michael Stravinsky avait été choisi comme leur représentant pour demander à Vladimir Petrov, l'officier russe responsable la farine pour faire des matsot.

Les prisonniers juifs savaient qu'ils pourraient être sévèrement punis pour oser une telle demande. Mais ils savaient aussi que la simple pensée de manger  de la matzah pendant la nuit de Pessah avec des Juifs serait le plus grand gout de liberté au monde pour eux.

Michael avait été accusé de trahison et de transmission de secrets soviétiques D'Etat à  Israël. Il avait été condamné à 25 ans d'exil en Sibérie pour travailler  dans un camp de travail forcé. Il a été séparé de sa famille et amis et avait le droit  au contact avec ces personnes aimées seulement qu’une fois par an pendant deux heures.

Son crime réel été qu’il avait enseigné l'Histoire juive et l'Hébreu  dans une pièce  pleine de jeunes Juifs, désirant ardemment un peu de connaissance qui les connecte à leurs peuple.

Michael, le porte-parole du groupe, s’approcha de l'administrateur de camp russe avec leur pétition écrite pour faire des  matzot. Avec un petit sourire satisfait sur son visage, Petrov a dit, "je ferai transmettre votre demande au siège social du KGB et nous agirons selon leurs instructions." Les jours ont passé et il n'y avait aucune réponse de Moscou. Certains du groupe été convaincu qu'ils avaient fait une erreur grave en signant la pétition et ils seraient choisis pour un traitement encore plus mauvais.

Pessach n'était seulement quelques jours plutart et toujours aucune réponse de Moscou. Tout le groupe à l'exception de Michael avait renoncé à l'espoir et attendait nerveusement les répercussions.

Alors que  Michael était dans l’équipe occupée des réparations dans le camp de travaux forcés, le garde de prison l’appela, "Stravinsky, vous devez aller immédiatement à la construction de bâtiments d'administration." Avec un nœud dans l’estomac et connaissant parfaitement ce que la convocation pouvait signifier, Michael fit  comme  on lui dit. 

S’attendant à la pire des  punitions d'entre toutes - l'emprisonnement dans la  cellule de punition "2 mètres carré" pendant toute la semaine de Pessach - Michael frappa à la porte.

À l'intérieur, il vu Petrov, qui, sans cérémonie, lui  remis un morceau de papier. "On a accordé Votre demande  de matzah," Petrov annonça, ajoutant, "Nous sommes aussi étonnés que vous Stravinsky. J’ordonnerai que les officiers  donnent à votre groupe les briques pour construire votre four. La ration de farine sera déduite de votre ration alimentaire pendant les 7 jours suivants."

La construction du four a commencé à la hâte dans la  crainte d'un changement de décisions). Les matsot furent cuites avec de faibles rations de farine. Le groupe avait maintenant été rejoint par d'autres résidents juifs qui furent étonnés à la pensée de manger des matzot à pessah. Pour certains d'entre eux, ce serait leur premier pessah.

Bien que la matsa fût informe et brulée et  en aucun cas ressemblante au matsot industrielles qu’ils avaient une fois reçue par la contrebande d’Israël, c’était la plus douce des matsot avec un gout de liberté.

La nuit du Seder arriva et en endroit pour le seder fut secrètement arrangé dans un coin du camp de travaux forcés entre deux tentes. Ils utilisèrent une planche de bois pour  table et placèrent leurs couvertures sur le sol pour s’y accouder. Un vieux pot cassé, bosselé fut utilisé pour représenter le plateau du Seder traditionnel. Il n'y avait aucun os de jambe rôti, aucun œuf, aucun haroset, aucun maror, seulement une pomme de terre bouillie que l’un  des prisonniers juifs avait gardé du déjeuner.

En étant à la tête du Seder, commença à chanter le seul air de Seder qu'il connaissait et des larmes de joie  coulèrent le long de ses joues. Mah Nishtana Halaila Hazeh Mikol Haleilot ? "Pourquoi cette nuit diffère toutes les autres nuits ?"

Michael savait pourquoi cette nuit était différente et qu’il se souviendrait de cette nuit pour le reste de sa vie. À ce moment, la nuit de Pessah, ce groupe de prisonniers juifs misérables tremblant dans l'obscurité autour de leur table du Seder symbolique sentirent comme  Dieu les avait rachetés et en avait fait des hommes libres.

 

 

 



Visitor Comments: