Le Goush Katif

Details du fichier:

Type de ressource: peoula (activite) dans: French

Ans 8 - 16

Taille du groupe 5 - 20

Temps estime: 45 minutes

Pour plus de détails...

Descargar

gush katif.doc (776 KB)

 
Commentaires et examens

Stats:
Vues: 3733
Téléchargés: 973

Rated 305 times
Add this file to your personal library.

Avez-vous tèlècharger ce fichier et avez-vous quelque chose à partager?
C'est l'endroit!



Bu

nous essayons dexpliquer aux hanihim ce que fut le Goush Katif et ce que fut lexpulsion de ses habitants.

Nous en profitons pour expliquer aux hanihim limportance dEretz Israel: on ne peut vendre ou donner aucune parcelle du cadeau dHashem

Contenu de la ressource

BNE AKIVA DE FRANCE

La Vaadat Hinouh présente

"

' !

Un grand traumatisme a eu lieu en Israël lété 2005. Aujourdhui, des mois plus tard, on ne se rend toujours pas compte de limpact de lexpulsion du Goush Katif et des yeshouvim du Shomron.

Cette hoveret est un essai afin dexpliquer de façon historique ce qui cest passé.

Le Rav Milston dAlon Shvut a lhabitude en parlant du Goush Katif de dire la chose suivante: Il est vrai que ce qui cest passé est très grave et très douloureux. Mais ce nest pas la raison pour laquelle nous devons nous arrêter de vivre et arrêter davoir confiance en Hashem. Au contraire, nous devons continuer à vivre et montrer que nous savons surmonter les épreuves dHashem. Et quand Hashem le voudra, alors nous reviendrons!

Et cest vraiment sur ces paroles que nous voulons introduire cette hoveret, quHashem nous ramène très rapidement à tous ces endroits que nous avons été forcés de quitter.

Que cela se fasse dans la joie!

Noubliez pas:

Enseigne toujours avec amour.

La réussite tappartient.

Bevirkat Torah VaAvoda,

BeOz Kadima Bné Akiva!

La Vaadat Hinouh

Un peu de homer:

A plusieurs endroits dans le Tanah on nous parle dAza, Gaza en français, une ville qui se situe au sud dAshkelon, sur la côte dErets Israel. Cette ville est en majorité utilisée dans le Tanah comme un repère géographique: cest de cette ville quest parti untel, ou vers celle-ci quil se rend.

Une seule histoire biblique à lieu véritablement à Aza: un épisode de lhistoire de Shimshon (Shoftim 16). On raconte que celui-ci alla trouver une femme à Aza. Les habitants de la ville décidèrent de guetter sa sortie de la ville afin de le tuer au matin. En plein milieu de la nuit, Shimshon se leva et avec sa force arracha les portes et les linteaux de la ville, il les mit sur ses épaules et alla les placer au sommet du mont en face de Hévron.

Et cest aussi à Aza que Shimshon est emmené quand il est arrêté par les Philistins. Cest là quil y trouve la mort.

Aza en hébreu vient du mot Oz, force, et signifie la forte. Cest une ville redoutée pour la force de ses habitants. Nos hahamim nous enseignent que sa force nest pas seulement physique mais quelle est aussi spirituelle: Aza est une ville quHashem a pourvu de la capacité de faire du mal à Israel. (Explications tirées du livre Atarei Segoula du Rav Israel Rozen)

Au temps des Maccabim, la ville de Aza est conquise et une communauté juive sy installe. Au temps de la mishna et de la guemara, un grand centre détude de la Torah sy trouve: de nombreux rabanim y sont originaires.

A lépoque byzantine, des juifs sont présents à Aza comme le témoigne les vestiges de la synagogue et certains documents trouvés dans la Guéniza du Caire. On suppose que les juifs sont chassés au moment des croisés mais à nouveau ils reviennent au temps de lempire Ottoman. Au XVIII e siècle, alors que les forces françaises prennent la ville, une épidémie de peste se déclare et les juifs quittent la ville.

Ce nest quà la fin du XIX e siècle que lon va assister à un retour à Aza. De nombreux russes de la vague de la première Alyah décident de se réinstaller dans cette ville à majorité arabe. Ils y restent jusqu'à la première guerre mondiale, date à laquelle ils sont chassés par les arabes.

En 1948, après la guerre dindépendance, Aza ainsi que la région lentourant connue sous le nom de la bande de Gaza, passe sous autorité égyptienne. Et ce nest quen 1967, que les soldats de la guerre des Six jours conquiert la bande de Gaza.

Dès cette conquête, des hommes et des femmes très motivés décident de venir sy installer: de nouvelles villes naissent sur les dunes de sables. Les villes arabes existantes, comme celle de Aza, ne sont pas détruites et les
populations arabes sont respectées. Ce sont en tout 17 Yishouvim, implantations, qui vont être crées.

La majorité des personnes qui vient habiter les nouvelles villes sont des gens motivés religieusement. En effet, ils sont persuadés que cest Hashem qui vient de rendre cette terre au Am Israel, cest donc une mitsva de venir peupler ces terres.

Ces pionniers vont renommer cette bande de terre Goush Katif, la bande de la récolte des fruits (littéralement). La raison principale du choix de ce nom est le fait que la majorité des habitants du Goush sont des agriculteurs. Ils développent une nouvelle technologie de culture dans du sable.

Avec très peu deau et quasiment presque pas de terre, ils arrivent à faire pousser des fleurs, des légumes et surtout des salades sans risques de petites bêtes!

Après 1994 et les accords dOslo, les arabes de la bande de Gaza reçoivent des armes. Au fil des années, de nombreuses attaques ont lieu contre les différentes villes du Goush Katif. En particulier durant la seconde intifada de nombreuses victimes sont comptées dans le rang des habitants du Goush ou bien des soldats gardant les Yishouvim.

En décembre 2003, le premier ministre de lépoque, Ariel Sharon, présente son plan de désengagement de la bande de Gaza ainsi que de quelques yishouvim dans le Shomron. Dans celui-ci il explique que les coûts de sécurité ainsi que leffort humain déployé autour de Gaza sont trop importants. Il décide donc dorganiser un retrait unilatéral. C'est-à-dire quaucun accord ne sera fait avec les arabes.

Cette décision entraîne une grande mobilisation en Israël. La raison en est simple: la Torah interdit de donner, de vendre quelque parcelle dErets Israel qui serait en possession de Juifs.

Tous les partisans de ne pas quitter le Goush Katif prennent la couleur orange comme couleur de campagne: les gens affichent à leurs sacs et voitures un fil orange pour montrer leur refus.


Une mobilisation générale se met en place dans tout le pays: des centaines de manifestations, de tfilot, de tracts sont organisés dans le pays. 

Pourtant, la loi passe à lassemblée et est votée. La date du 10 av 5675 est choisie pour le désengagement. Jusquau dernier moment, les habitants sont persuadés quon ne les chassera pas de chez eux. On propose à ceux qui se retirent de leur plein grès des indemnisations plus importantes. La quasi-majorité des habitants refusent. Des milliers disraéliens viennent se mêler aux habitants du Goush Katif afin daugmenter la population et de montrer leur attachement au lieu.

Le jour dit, des milliers de policiers non armés arrivent dans les yeshouvimpour sortir les gens de chez eux. Il a été prévu quatre soldats par homme et quatre soldates par femme. Et cest la plupart du temps en les portant que les soldats expulsent les habitants de chez eux. 

Deux semaines après le début de lexpulsion, les 17 yishouvim du Goush ainsi que ceux de Shomron concernés ont été vidés de leurs habitants et leurs morts déterrés et à nouveau inhumés en Israël. Tous les habitants, plus de 8000, se retrouvent littéralement à la rue, sans aucun endroit pour vivre. On assiste en Israël à une solidarité extraordinaire pour essayer daider toutes ces personnes qui ont été chassées de chez elles.

Pendant plusieurs mois ces personnes vont vivre dans des conditions très difficiles: plus de travail (la majorité travaillait dans lagriculture), plus de logement, pas de revenus.

Il y a quelques jours seulement les budgets nécessaires aux indemnisations promises aux expulsés ont été reversés. Il faut aujourdhui attendre que ceux-ci soient maintenant distribués.

Le message à transmettre:

Ce shabbat nous essayons dexpliquer aux hanihim ce que fut le Goush Katif et ce que fut lexpulsion de ses habitants.

Nous en profitons pour expliquer aux hanihim limportance dEretz Israel: on ne peut vendre ou donner aucune parcelle du cadeau dHashem.

Des idées pour sinspirer

"

:"

' '

Une voix de lamentations et de pleurs

sélève à Ramah

Rahel pleure sur ses enfants

Elle refuse dêtre consolée

Car il ne sont plus

Jérémie 34, 14


Iyar 5767


Les ressources relatées peuvent etre trouver sous:
» All > Am Yisrael > Unité
» All > Bein Adam l'Chavero > Aider les autres
» All > Eretz Yisrael > General
» All > Eretz Yisrael > Places in Israel > General
» All > Am Yisrael > General
Visitor Comments: